Char à voile Fiction : nos roues en Namibie
Et si on écrivait pour ne rien dire... Juste pour rêver...


 

Arthur voulait effectuer un véritable raid en char à voile avec son char à voile Blokart, dans un univers dans lequel aucune roue de char à voile n’avait jamais roulé…

Arthur, pilote de char à voile : quels pays avez-vous déjà découverts avec votre char à voile ? 

J’étais déjà allé en Afrique, au Niger, avec mon char à voile Blokart, pour traverser le désert du Ténéré : un voyage de nature très différente. C’était avant tout un safari en kart à voile, plus axé sur la faune.

Pourquoi la Namibie en char à voile ? Qu’est-ce qui vous a plu dans cette destination ?

Je pars à chaque fois en voyage char à voile avec un ami, qui est aussi fan de char à voile que moi. 
Au départ c’est le côté « raid Blokart » de ce périple en Afrique qui nous a attirés. Mon ami et moi, on est accros aux trips de longue durée, avec beaucoup de runs endiablés ! Et ce fut le cas en Namibie : 500 km en char à voile en 8 jours, avec des journées très longues – 6 à 7 heures par jour, sous une température moyenne de 35°.  
Et puis je connaissais mal le désert malgré mon aventure dans le Ténéré et j’avais envie de le découvrir en char à voile Blokart. 

J’avais aussi fait le désert de l’Atakama… mais en 4x4 ! Alors traverser un grand désert comme celui-ci, d’est en ouest, sous forme de raid en char à voile, ça venait bien compléter ma découverte de l’Afrique et du char à voile.

Depuis quand êtes-vous pilote de char à voile Blokart ? 

Jusqu’à l’âge de 18 ans, j’ai beaucoup roulé en char à voile Blokart en famille. Puis j’ai quasiment arrêté à cause de mes études et de mon nouveau travail que je partage entre skipper et instructeur pilote en aéro-club. Je ne roulais plus qu’épisodiquement, à l’occasion des vacances, pour une balade de quelques heures sur les plages de Quiberon ou de la Franqui. 

Quand j’ai pu me dégager un peu de temps, j’ai eu la chance de pouvoir remonter dans un char à voile sur l’île de Ré, où j’ai une résidence secondaire.  Je monte mon Blokart en moins de 5 minutes et je saute dans mon char à voile environ trois fois par semaine, pour des balades d’une heure trente à deux heures, dans un cadre magnifique, sur la plage ou sur un parking proche de chez moi… 

 

La Namibie, c’est une randonnée qui est d’emblée annoncée très sportive ? Quel était le niveau de vos compagnons de char à voile ?

Nous étions 9 pilotes de char à voile pliable comme des Blokart.
Une aventure endurante pour pilote de char à voile confirmésEt il y avait en plus 3 pilotes de char accompagnateurs

Ce raid en char à voile était-il difficile ?

Il y a eu plusieurs journées en Blokart assez périlleuses et très longues, assez physique en effet, avec faute de vent, des parties à pied importantes. 

On a dû pousser et tirer pour gravir des dunes raides, dans la chaleur… Et moi en plus, ce jour-là, je n’avais pas pris assez d’eau ! Heureusement, quelqu’un est venu nous approvisionner. C’était le seul jour vraiment « tushy » de cette formidable aventure... 

Côté faune sauvage ?

Nous avions été bien servis en Mongolie, alors nous n’avons pas du tout été frustrés : d’autant plus qu’en Namibie nous ne sommes pas allés dans les réserves situées plutôt le long de l’Atlantique. Mais quand même, on a vu des girafes, des zèbres, des antilopes…. On a vu aussi des serpents, et plusieurs scorpions. 

J’en ai même trouvé un sous mon lit, mais le temps que j’aille chercher mon appareil pour le photographier, il était parti.

Avec maintenant un an de recul, pouvez-vous nous raconter les points forts de ce voyage en char à voile ?

Char à voilebivouac et désert ! Le fait de ne pas traverser une seule fois une route goudronnée, d’être uniquement sur des pistes ou dans le désert… Le fait d’être en autonomie totale avec nourriture et boissons pour 15 jours… Nous n’avons dormi à l'hôtel que le premier et le dernier jour : le reste du temps, nous dormions à la belle étoile, les lits de camps éparpillés dans la nature…

Idéal sur la plage comme dans le désert, 1 véhicule 4X4 avec panneau solaire sur le toit pour les frigos et pour la logistique : nous avions à l’arrière un micro-atelier pour entretenir et réparer notre Blokart avec tous les accessoires Blokart possibles pour notre confort en char à voile.

 

Char à voile Fiction : nos roues en Namibie
Jerome COTTET
14 mai, 2020
Partager ce poste
Archiver
Blokart European Championship
Saint-Malo 2005